Les Émirats arabes unis veulent que le Qatar renonce à la Coupe du monde

Un haut responsable des services de sécurité des Émirats arabes unis suggère que la crise diplomatique au Qatar pourrait se régler si Doha renonçait à accueillir la Coupe du monde de soccer de la FIFA en 2022. C'est la première fois qu'un des quatre pays arabes impliqués dans l'isolement du Qatar implique directement l'organisation de l'événement sportif dans la querelle qui perdure depuis le début de l'été.

Le lieutenant général Dhahi Khalfan, des services de sécurité de Dubaï, a l'habitude d'être très franc dans ses publications sur Twitter. Son message publié dimanche soir est survenu alors que plusieurs opposants du Qatar ciblent de plus en plus la Coupe du monde de 2022 dans leurs critiques. Le haut dirigeant s'est toutefois légèrement ravisé lundi en indiquant que son «analyse personnelle» de la situation aurait été mal interprétée.

Pourtant, le message semblait clair: «Si la Coupe du monde sort du Qatar, la crise au Qatar prendra fin parce que la crise a été créée pour l'empêcher», a écrit le lieutenant général.

L'organisation du tournoi de soccer n'a jamais fait partie des demandes formulées par les pays impliqués dans la crise diplomatique avec le Qatar. La perte de la Coupe du monde de soccer représenterait une amère défaite pour le petit émirat, qui s'est propulsé au-devant de la scène internationale avec l'obtention de l'un des plus importants événements sportifs de la planète ainsi qu'avec sa chaîne d'information par satellite Al-Jazeera.

Les autorités du Qatar n'ont pas répondu aux demandes de commentaires sur le sujet lundi. Toutefois, le responsable de l'organisation du tournoi a confirmé à l'Associated Press, vendredi, que le boycottage de certains pays arabes ne représentait «aucun risque» pour la tenue de l'événement.

Terrorisme et liens avec l'Iran

Bahreïn, l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont tous rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar et boycottent l'émirat depuis le 5 juin. Ils allèguent que Doha soutient le terrorisme et entretient une relation trop étroite avec l'Iran.

Le Qatar nie les accusations de financement du terrorisme, mais continue d'entretenir des relations soutenues avec l'Iran malgré le désaccord de ses voisins. Doha partage avec l'Iran un immense gisement de gaz naturel au large de ses côtes qui assure la grande richesse de bon nombre de ses citoyens.

Toujours au sujet de la Coupe du monde, le lieutenant général Dhahi Khalfan a affirmé que «le coût sera plus élevé que ce qu'Al-Hamdeen avait prévu», en faisant référence à l'ex-émir du Qatar, le cheikh Hamad ben Khalifa Al Thani.

Le haut dirigeant des Émirats arabes unis a aussi déclaré que le Qatar avait «inventé une crise» pour pouvoir éviter de construire des stades pour la Coupe du monde.

Il croit aussi que le Qatar n'est pas prêt et ne pourra pas accueillir le plus grand tournoi de soccer.

Du côté du Qatar, on assure que le projet suit son cours et respecte l'échéancier.

Jon Gambrell, La Presse canadienne

views : 50 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below