Ce qu'il faut savoir sur le référendum catalan

Voici ce que l'on sait du référendum sur l'indépendance de la Catalogne organisé par les séparatistes malgré son interdiction par le gouvernement espagnol et dont la police tentait d'empêcher dimanche par la force le déroulement, faisant de nombreux blessés.

L'organisation du référendum

La question posée dimanche aux Catalans est : "Voulez-vous que la Catalogne soit un Etat indépendant sous forme de république ?"

En théorie, en vertu de la loi votée le 6 septembre par la majorité séparatiste au parlement catalan, l'indépendance doit être proclamée dans les 48 heures suivant une victoire du "oui".

Mais on ignorait dimanche si les autorités catalanes le feraient compte tenu des perturbations dans le déroulement de la consultation.

Le recensement des personnes habilitées à voter inclut "les électeurs résidents en Catalogne et les résidents à l'extérieur", soit 5,3 millions de personnes.

712 des 948 municipalités catalanes avaient accepté de participer au scrutin.

La réaction des autorités espagnoles

Les forces de l'ordre ont pénétré de force dimanche dans des bureaux de vote pour saisir urnes et matériel électoral.

Le gouvernement espagnol a demandé aux autorités indépendantistes de mettre fin à la "farce" du référendum, déclaré anticonstitutionnel par la justice.

La police a tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants, selon des témoins. Le ministère de l'Intérieur a quant à lui diffusé des vidéos montrant des contestataires lançant des pierres sur les policiers.

Le président indépendantiste catalan Carles Puigdemont a dénoncé la "violence injustifiée" de la police nationale.

Au moins 92 personnes ont été blessées dimanche dans des heurts avec les policiers, d'après les services de santé.

Dix mille membres des forces de l'ordre ont été envoyés en renfort en Catalogne par Madrid, selon le journal El Pais.

Avant même le début du référendum, la police avait multiplié les perquisitions, saisi des millions de bulletins de vote, fermé des sites internet, mis sous scellé environ la moitié des 2.300 bureaux de vote, etc.

La Garde civile est intervenue samedi au centre de télécommunications du gouvernement catalan, coupant les connexions avec les bureaux de vote et les systèmes informatiques de comptage des voix.

Des milliers de Catalans se sont malgré tout massés dès l'aube devant les bureaux de vote.

Read more...

views : 71 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below