Crise des infirmières: Barrette s'engage à revoir à la baisse les ratios

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a assoupli sa position sur les ratios patients-infirmière, mardi, cédant finalement aux pressions, en acceptant d'examiner les façons de revoir ces ratios à la baisse partout au Québec.

La présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ), Nancy Bédard, est sortie rassurée, mardi soir, d'une rencontre de plus de deux heures avec M. Barrette visant à dénouer la crise qui sévit depuis quelques semaines autour de la surcharge de travail des infirmières.

Le ministre s'est engagé mardi à mettre sur pied des «projets-ratios» dans chacune des 16 régions administratives du Québec.

-Advertisement-

Les équipes en place, formées d'experts de la FIQ et du gouvernement, auront le mandat de fixer le ratio jugé idéal pour chaque situation, que ce soit par exemple en CHSLD, en milieu hospitalier, psychiatrique ou autre.

À terme, les infirmières pourront évoluer avec de «nouveaux ratios» mieux adaptés aux besoins, a promis le ministre Barrette, sans fixer d'échéance.

En quelques semaines, l'attitude du ministre par rapport à ce problème a beaucoup évolué, a commenté Mme Bédard, en mêlée de presse après la rencontre. «On est passé de zéro à un projet-ratio dans chacune des régions, alors c'est positif», a-t-elle dit.

La rencontre au bureau du ministre faisait suite à une première rencontre de deux heures tenue deux semaines plus tôt.

Mme Bédard disait alors avoir reçu des engagements fermes de la part du ministre de la Santé, en vue de régler à très court terme le problème de la surcharge de travail des infirmières.

Depuis des semaines, les infirmières se plaignent de leur surcharge de travail, se disant épuisées, en raison du temps supplémentaire obligatoire à effectuer fréquemment et du ratio trop élevé du nombre de patients dont chacune d'elles a la responsabilité durant un quart de travail.

Une autre rencontre est prévue la semaine prochaine pour jeter les balises des «projets-ratios».

Pour régler ce problème de ratios, la FIQ revendiquait en fait l'adoption d'une loi contraignante, qui viendrait fixer les ratios optimaux patients-infirmière propres à chaque secteur.

Mais le ministre Barrette a coupé court à ce souhait de la FIQ, mardi, en jugeant ce scénario législatif peu réaliste.

La révision à la baisse des ratios est un enjeu fondamental pour régler la crise actuelle de la surcharge de travail des infirmières, selon Mme Bédard.

Une baisse des ratios supposerait cependant l'embauche d'un grand nombre d'infirmières et entraînerait des coûts élevés.

La question monétaire n'a cependant pas semblé constituer un obstacle à la révision des ratios, selon Mme Bédard.

«C'est certainement pas un frein. Le ministre actuellement n'a pas l'air d'avoir de frein pour aller de l'avant», selon sa lecture de l'humeur du ministre Barrette et de la capacité financière du gouvernement de donner suite aux engagements pris mardi.


views : 264 | images : 1 | Bookmark and Share


Enter your comment below